Hyphen-Group

Identité numérique d’un produit : une nouvelle déclinaison pour le « jumeau numérique »

L’identité numérique d’un produit pourrait être définie comme un ensemble d’attributs distinctifs qui se rapportent à un article physique. Une déclinaison du concept de jumeau numérique (digital twin) puisque ce dernier identifie différentes applications industrielles.
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
  • Transformation numérique

L’identité numérique d’un produit pourrait être définie comme un ensemble d’attributs distinctifs qui se rapportent à un article physique. Une déclinaison du concept de jumeau numérique (digital twin) puisque ce dernier identifie différentes applications industrielles.

La principale qualité de l’identité numérique est de pouvoir être interrogée et traitée par un système informatique. Ce processus global permet donc de créer une relation solide et perpétuelle entre le monde physique et le monde numérique. Par exemple, dans la logistique, un code unique numérique associé à un produit peut permettre d’assurer un suivi constant de ce dernier. C’est le cas notamment des technologies RFID ou de l’usage du machine learning et de la computer vision dans les supermarchés Amazon Go.

Mais il s’agit d’une pratique déjà largement répandue depuis l’ère analogique ; aujourd’hui, la demande porte non seulement sur la gestion d’un nombre croissant d’informations et de données, mais aussi sur le partage en temps réel entre des services d’entreprises (parfois situés dans plusieurs pays) qui exercent des activités complètement différentes.

Dès 2017, des entités comme IBM et Honeywell ont commencé à privilégier la diffusion de solutions industrielles basées sur les jumeaux numériques, c’est-à-dire de modèles virtuels conçus pour reproduire avec précision un objet physique. Big Blue explique que les données recueillies par les capteurs d’une turbine éolienne peuvent être transmises à un système de traitement et appliquées à la copie numérique. « Une fois ces données reçues, le modèle virtuel peut servir à réaliser des simulations, étudier des problèmes de performance et appliquer d’éventuelles améliorations, le tout en vue de générer des informations précieuses, qui peuvent ensuite être appliquées à l’objet physique d’origine », souligne IBM.

Voilà pourquoi le concept de jumeau numérique constitue une nouveauté par rapport à l’identité numérique de produit proposée par Hyphen. Dans le premier cas, il s’agit d’un modèle mathématique qui se sert des données reçues pour simuler des effets et prévoir des conséquences. « Dans le second cas, il est une sorte d’identifiant numérique officiel du produit », explique Stefano Righetti, PDG de Hyphen. « Un passeport qui contient l’ensemble des caractéristiques du bien et des éléments qui l’identifient, ainsi que ses contenus. Et, comme dans l’édition, il existe une nette séparation entre le contenu et le contenant pour favoriser la circulation des informations ».

Après avoir élaboré un protocole, identifiable indépendamment du canal, il n’y a plus qu’à définir les nœuds et sous-nœuds qui le composent : plus précisément du texte, des liens, des photos, des vidéos, etc. « C’est comme imaginer un livre composé de couvertures, sommaires, chapitres et de tous les éléments permettant l’organisation des contenus distinctifs », souligne Stefano Righetti. L’idée est de conserver quoi qu’il arrive une approche ouverte sur le sujet car il est possible que de véritables formats standard apparaissent à l’avenir.

Pour résumer, l’identité numérique d’un produit est une sorte d’attribut informatif/informatique qui inclut toutes les caractéristiques descriptives et relatives à la catégorie d’un objet physique. Il est bien sûr possible d’interroger cet élément et ainsi de gérer les cadres préétablis, en vue d’accroître les performances de l’entreprise en réduisant les inefficiences et surtout les redondances.

La condition nécessaire à la consolidation de l’identité numérique est l’adhésion totale de la chaîne d’approvisionnement du produit à la chaîne d’approvisionnement numérique. Les liens réciproques entre les deux chaînes d’approvisionnement peuvent bien entendu se faire à différentes phases des processus, mais l’idée est qu’aucune séparation entre physique et numérique n’est prévue.

La dimension temporelle

En 1788, le Turinois Joseph Louis de Lagrange écrivait dans son œuvre Mécanique analytique que la mécanique opère dans un espace composé de quatre dimensions : trois spatiales et une temporelle. L’identité numérique pourrait ainsi être définie en 4D car elle enregistre non seulement tous les éléments se rapportant à l’aspect physique d’un produit, mais aussi ses évolutions dans le temps.

De fait, la composante temporelle accompagne ainsi le produit. La conception, le prototypage, l’échantillonnage et l’ajout dans la collection ainsi que l’historique deviennent des éléments liés au parcours évolutif d’un produit. Et tout en maintenant un code unique (et distinctif), celui-ci peut rappeler toutes les transitions, variations et même les photos ou contenus multimédias en pièce jointe.

« Il faut imaginer un réseau d’information qui structure les données en toute simplicité et que l’on peut gérer indépendamment de l’application qui l’a généré », explique Stefano Righetti. « Si je dispose des droits d’accès, je pourrai remonter au numéro de coloris, aux tailles, aux tissus et à tout autre détail. Aujourd’hui, le code produit d’un vêtement contient vraiment peu de données ».

La fabrique de contenus

Toute industrie manufacturière est également productrice de contenus. Chaque information relative à un bien est au moins présente dans une base de données constamment interrogées par les différents services. Le thème central, c’est qu’indépendamment des objectifs (e-commerce, marketing, newsletter, etc.), il est demandé au « passeport numérique » de contenir des informations exhaustives et actualisées, mais aussi d’être facilement accessible. Le demandeur ou le canal change, mais les métadonnées restent les mêmes. Il est inutile que plusieurs services créent des configurations différentes pour les mêmes données alors que l’opération dans son ensemble peut être personnalisée en amont.

Voici pourquoi la solution Chalco de Hyphen se charge d’organiser les ressources multimédias, les documents, les fiches de caractéristiques, les modèles 3D et d’autres détails relatifs à un produit pour leur permettre d’être ensuite interrogés par les services marketing, commercial, e-commerce et via une API (application programming interface) sur toute autre plateforme ou application. Pour résumer, cette technologie est capable de gérer la gestion des actifs numériques et la gestion des informations produits dans une approche holistique.

Le caractère central de l’image

« L’image d’un produit a souvent plus de valeur que le produit en lui-même », rappelle Stefano Righetti. « Il suffit parfois d’un cliché pour que l’on tombe amoureux d’un objet. Il est donc évident que la bonne gestion, en toute efficacité, de l’ensemble des supports numériques qui accompagnent un produit revêt une grande importance. Et c’est aussi le cas parce que 90 % des transactions hors ligne découlent désormais d’une consultation en ligne dans le passé ».

« On pourrait supposer que cette sensibilité relative à l’image soit caractéristique des consommateurs, mais ce n’est pas le cas. Il suffit de penser aux viewers interactifs 360° qui répondent aux besoins d’information ponctuelle des interlocuteurs techniques comme les acheteurs ».

L’identité numérique devient ainsi encore plus stratégique, s’agissant du seul outil permettant de gérer tous les contenus informatifs et les images à disposition. « Il faut raisonner avec une approche système : ne plus considérer chaque phase mais reconnaître l’organicité », conclut Stefano Righetti.

Nous avons parlé de:

ça peut t'intéresser

Inviando questo modulo di richiesta informazioni accetto i termini descritti al seguente link: Privacy Policy

Remplissez le formulaire et vous serez contacté dans les 24 heures.

J’autorise ce site à conserver mes données transmises via ce formulaire ». voir notre Privacy Policy